De 300 000 à 400 000 logements par an nécessaires d'ici 2030

Alors que la fin de la loi Scellier a été annoncée par le gouvernement pour la fin 2012, et qu'aucun dispositif pour l'incitation à l'investissement locatif de remplacement n'a encore été prévu à ce jour, la publication réalisée le 17 août 2012 par le Ministère de L'ecologie, du Développement durable et de l'Energie sur le besoin annuel de logement en France d'ici à 2030 prend une dimension des plus importante. Se basant sur les hypothèses d’une fécondité stable à 1,95 enfant par femme, d’un solde migratoire annuel de + 100 000 personnes, et d’une évolution tendancielle de la mortalité et des comportements de cohabitation, le nombre de ménages pourrait selon le Ministère croître de 200 000 par an en moyenne d’ici 2050 et de 235 000 par an d’ici 2030. Quels que soient les scénarii retenus, qui couvrent un spectre large d’hypothèses, la projection de la demande potentielle est comprise entre 300 000 et 400 000 logements par an en moyenne d’ici 2030.

Cette publication confirme que sous l’effet du vieillissement annoncé de la population, et sous l’hypothèse que la désaffection pour la vie en couple se poursuivra, le nombre de ménages s’accroîtrait en moyenne de 235 000 par an jusqu’en 2030, et de 200 000 par an en moyenne sur l’ensemble de la période allant jusqu’en 2050. Ainsi, le nombre moyen de personnes par ménage ne serait plus que de 2,10 en 2030 et 2,00 en 2050, et à cet horizon, la proportion de personnes seules s’élèverait à 23,0 % contre 15,0 % en 2010. En 2050, près d’un ménage sur deux serait composé d’une personne seule. La projection tient également compte d'hypothèses sur les flux migratoire, sur la proportion de résidences secondaires et celles des logements vancants.

Au total, suivant les scénarii retenus, la demande potentielle est en général comprise entre 300 000 et 350 000 logements à construire par an. Avec l’hypothèse centrale de mortalité, un solde migratoire annuel de + 100 000 personnes, une stabilité de la proportion de logements vacants et un renouvellement de 50 000 par an (scénario A), elle atteint 348 000 logements sur la période 2010-2015 et 332 000 sur la période 2015-2020. Sous les mêmes hypothèses mais avec une croissance un peu plus rapide de l’espérance de vie (scénario C), elle s’élève à 362 000 pour la présente période quinquennale. Elle ne dépasse significativement le seuil des 350 000 qu’en supposant une remontée de la proportion de logements vacants (scénario F), sans toutefois excéder 400 000.

Il devient alors difficile d'imaginer comment il sera possible contruire autant qu'exprimé par cette projection du besoin de logements neufs sans faire appel à l'investissement privé. Et que le gouvernement n'aura pas vraiment d'autres choix que de prévoir un dispositif de remplacement à la loi Scellier applicable pour les investissements réalisés à partir du 1er janvier 2013.

Faites une simulation loi Duflot express

Remplissez les quelques informations ci-dessous pour calculer instantanément le montant de vos impôts pour 2014 et voir quel investissement correspondrait le mieux à votre situation avec une simulation loi duflot. Vous pouvez également faire une demande de programmes immobiliers Duflot dans un formulaire à part.

guide loi duflot

© 2009 - 2011 Impôts Loi Scellier - Tous droits réservés - Reproduction même partielle interdite